Flash Memory

Anthotype utilisant la spiruline, 2018

Capitole Flash Memory Anthotypes réalisés à l'aide de spiruline, fragments d'images d'archives et réinscription à l'encre gallo-ferrique

LE PRINCIPE |

Sous l’effet de la lumière du soleil, la chlorophylle verte change de couleur. Ce principe d'anthotype est un procédé de reproduction d’image découvert par Sir John Herschel (1792-1871) qui inventa également le cyanotype.

J'utilise comme source de chlorophylle de la spiruline Arthrospira platensis et je cultive ce médium. Il s'agit d'une cyanobactérie. Trait d'union entre le règne végétal et le règne animal, elle est apparue avec les premiers êtres vivants, il y a plus de 3,5 milliards d’années.

LA DEMARCHE |

La technique utilisée ici est réfléchie en fonction de son impact environnemental. Aucun solvant, aucun agent toxique n'est ajouté comme c'est le cas dans les encres et vernis commerciaux. La spiruline est issue d'un bioréacteur qui transforme le CO2 en oxygène, l'ensemble de la démarche de création laisse donc présager une empreinte écologique positive.

Les anthotypes à la spiruline représentés ici sont des reproduction d'images et moments éphémères. Grâce à l’électronique, aux logiciels toujours plus puissants et affinés, l’actualisation des éléments du passé, leur présentification, deviennent immédiates : les mémoires de l’ordinateur se substituent à notre mémoire. Dans flash memory, l'image n'est jamais la même et disparaît au fur et à mesure de son exposition. Une façon de poétiser le réel en questionnant notre mémoire interne / externe... Car cette mémoire organique s'éfface se modifie avec le temps nous modifiant nous-même.

EXPOSITIONS et ATELIERS|

- Flash Memory, FAB14 Toulouse, juillet 2018

- Workshop Biophotographie, LUMA et ENSP Arles, juillet 2018

- Anthotypes à la spiruline, THSF Toulouse, mai 2018

- Installation Bioréacteur, collaboration Artilect, CRITT, Kyanos, Fablab festival Toulouse, mai 2017

Accueil